2 novembre 2020

Cloud Européen en Europe pour l’Europe : GAIA-X ou l’espoir d’un cloud souverain ?

Introduction

Quotidiennement, nous sommes amenés à produire, traiter ou stocker beaucoup d’information, que nous soyons des particuliers ou des entreprises. La promesse du cloud est à la fois de fournir des solutions fiables et sécurisée pour ces données mais également une réduction des coûts associés.

Qu’est-ce que le cloud computing ?

Le cloud computing est la fourniture de différents services via Internet. Ces ressources comprennent des outils de stockage de données, des serveurs, des bases de données, des solutions réseau et des logiciels. Plusieurs architectures techniques sont possibles pour supporter ces services : cloud publics, privés ou hybrides. Nous en parlons sur le blog : https://blog.bssi.fr/cloud-et-securite/

L’enjeu étant de répondre aux besoins métiers, aux problématiques de sécurité et de conformités. 

Contraintes réglementaires du Cloud Computing

Avec l’apparition du RGPD, la problématique de la protection des données à caractère personnel, et la territorialité des données, il est devenu très important de maitriser la sécurité des données et notamment :

  • La localisation des données 
  • La maîtrise des accès
  • L’usage qui en est fait.

Rappelons-le, dans le cadre du RGPD, le transfert des données au sein de l’Union européenne est autorisé, mais fixe des règles strictes pour le transfert des données en dehors de ce périmètre.

Or, actuellement plus de 70% du marché est détenu par les géants américain du cloud, Amazon, Google ou Microsoft, une situation représentant un risque énorme selon Frans Imbert Vier qui dirige l’Ubcom, une start-up franco-suisse spécialisée dans l’intelligence artificielle « Si les États-Unis décident de couper l’accès à Amazon ou à Google, c’est 50 % des services publics français qui s’arrêtent ».

Avec le Cloud Act (Clarifying Lawful Overseas Use of Data Act »), la législation américaine actée en 2018, contredisant le RGPD et qui permet aux forces de l’ordre ou aux agences de renseignement américaines, d’obtenir des opérateurs télécoms et des fournisseurs de services de Cloud computing, les informations stockées sur leurs serveurs… Que ces données soient situées aux États-Unis ou à l’étranger. Tous ces éléments réunis ont sonné l’alarme du danger, suite auxquels, La France et l’Allemagne ont annoncé dès l’automne 2019 un projet commun pour proposer une alternative au monopole du Cloud chinois et du cloud américain sur le marché numérique. 

Le projet européen GAIA-X est officiellement lancé le 4 juin 2020.

 GAIA-X, c’est quoi exactement ?

GAIA-X est un projet initié par l’Europe pour l’Europe dans le but de développer des exigences communes pour une infrastructure de données européenne.

Le projet prévoit la mise en place d’un réseau performant, extensible, compétitif et fiable de données, qui prendra la forme d’une entité de gouvernance et qui édictera de grands principes de sécurité, d’interopérabilité et de portabilité des données. Et à la suite, plusieurs entreprises pourront proposer leur offre de service compatible avec GAIA-X.

L’ouverture, la transparence et la capacité de se connecter à d’autres pays européens sont au cœur de GAIA-X. Des représentants de sept pays européens sont actuellement impliqués dans le projet avec plus de 22 acteurs centraux, qui ont signé les statuts pour la création de l’association GAIA-X le mardi 15 septembre 2020 à Bruxelles. Parmi ces fondateurs se retrouvent notamment, pour la France, Atos, OVHcloud, Iliad, Dassault Systèmes, Orange, EDF, Safran ou l’IMT et, pour l’Allemagne, Deutsche Telekom, SAP, Siemens, Bosch ou BMW.

Quels sont les principes directeurs de GAIA-X ?

L’objectif de ce projet est de créer, avec d’autres pays européens et pour l’Europe, une infrastructure de données en forme de réseau de nouvelle génération répondant aux exigences les plus élevées en termes de souveraineté numérique. 

Les principes directeurs de ce projet sont :

  • Respect des règlements européens en matière de protection des données,
  • Ouverture et transparence,
  • Authenticité et confiance,
  • libre accès au marché et création de valeur européenne,
  • Modularité et interopérabilité,
  • Convivialité,
  • Souveraineté et autodétermination.

Un prototype technique de la plateforme devrait être construit d’ici la fin de 2020. L’écosystème se compose de nœuds (ressources de calcul), de services (fournisseurs de services cloud), d’instances de service (des process reposant sur un ou plusieurs nœuds) et de ressources de données (informations sensibles).

Quels sont les avantages de GAIA-X ?

L’avantage de ce projet est d’avoir un moteur de recherche qui permet de trouver l’ensemble des fournisseurs de cloud européen qui répondent aux critères recherchés, par exemple la capacité de calcul précise, les offres qualifiées par l’ANSSI, les Clouds qui ne dépendent pas du droit étranger. Ce réseau permettra aux entreprises voulant mettre en place le cloud de trouver les fournisseurs pouvant répondre aux critères souhaités sans se soucier de la territorialité des données. 

Ce sera un Cloud européen qui facilitera clairement les stratégies multi-cloud, ce qui permettra à tout client du Cloud de conserver le contrôle des coûts, de résister aux fluctuations géopolitiques, et d’assurer un approvisionnement dynamique en fonction des besoins.  

En plus, la modularité et l’interopérabilité de GAIA-X à l’échelle européenne, permettra d’intégrer des offres supplémentaires et donnera la possibilité aux clients européens de piocher parmi un ensemble d’offres locales, qui répondront strictement à leurs besoins, avec la possibilité de pouvoir basculer d’un Cloud à un autre, et de décider de l’endroit ou stocker les données, de qui peut les traiter selon la classification des données.

L’avenir de GAIA-X

GAIA-x est toujours en phase de projets avec une vision d’avoir plusieurs pays européens et aussi non européens participer à ce projet.

Il n’est pas indiqué que des acteurs comme Amazon, Microsoft ou Google seront exclus. Il est même espéré qu’ils prendront part à l’aventure, afin que la dépendance de l’Europe vis-à-vis d’eux se transforme en collaboration

 Il est prévu que le projet verra le jour début 2021, et que c’est là que les premières offres de services cloud pourraient être commercialisées.

Sources : 

https://www.clubic.com/pro/it-business/cloud-computing/actualite-12727-gaia-x-le-futur-cloud-europeen-avance-et-se-constitue-en-association.html

https://www.data-infrastructure.eu/GAIAX/Navigation/EN/Home/home.html

https://www.01net.com/actualites/gaia-x-le-projet-de-cloud-europeen-a-t-il-vraiment-les-moyens-de-concurrencer-les-geants-americains-1943869.html

https://www.lesnumeriques.com/vie-du-net/qu-est-ce-que-gaia-x-le-meta-cloud-europeen-n151195.html

https://www.investopedia.com/terms/c/cloud-computing.asp

https://www.usine-digitale.fr/article/le-cloud-act-un-texte-securitaire-americain-qui-inquiete.N800995

https://www.dsih.fr/article/3819/gaia-x-vers-un-cloud-europeen.htmlhttps://www.clubic.com/pro/it-business/cloud-computing/actualite-2926-gaia-x-on-en-sait-desormais-plus-sur-le-fonctionnement-du-futur-consortium-europeen.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *